Catégories
Non classé

Naomi Maltese

11 mai 2020


Et cetera, et cetera
J’me sens bien dans mon pyjama,
Je rêve d’un lit plus grand format,
On pourrait faire n’importe quoi,
Allez enfile ton pyjama.

Y’a rien d’marqué dans l’agenda,
Tout seul chez toi, c’est toi la loi,
Innocent pas besoin d’mendat, 
Frappe à la porte, elle s’ouvrira.

Entre dans le monde des apparats,
Brilliant plus fort qu’un Baccara,
T’es voeux s’exaucent en un coup d’doigts,
Sans contrats, sans alinéas.

T’y avance sans embarras,
Dans ce beau panorama,
L’air y est doux tout comme l’orgeat,
C’est un vrai microclimat.

Attention à l’anaconda,
Il rôde plus loin, plus loin là-bas,
Même s’il te trouve plutôt sympa,
S’il te voit, il n’hésitera pas.

Alors cours, ne te retourne pas,
Ou l’anaconda te rattrapera, 
Car dans ce monde c’est lui le roi,
Et en bijoux il te transformera.

Alors fuis et réveille toi,
Ne revis pas le même schéma,
Même s’ils sentent bon les nymphéas,
Réveilles toi donc de ce coma.

Ouvre les yeux sur ce que tu as,
Ce qui va et ce qui ne va pas,
Tu vois c’est pas si mal que ça,
Mais qu’est ce que t’aime ton pyjama.
Tu lances la canne avant l’appât, 
T’avais dis que t’abandonnerais pas,
Peut être demain t’y arriveras,
Et cetera, et cetera.