Catégories
Non classé

Jean-Paul Chagnollaud

13 mai 2020
Première fois vers un autre monde…

Drôle d’histoire que la découverte d’un autre monde…

J’exerce un métier dont la règle d’or est ne pas céder à la subjectivité, d’éviter toute approche idéologique et, plus encore peut-être, de s’interdire toute émotion. Un métier – prof d’université en science politique-

où doit s’imposer une forme de froide rationalité détachée de tout sentiment personnel.

Passons sur les limites et le caractère quelque peu absurde de ces exigences, en définitive, assez stériles  car l’histoire ne concerne pas ce métier mais celle d’un autre monde dans lequel un beau jour -au plein sens du terme-, j’ai dû non seulement «entrer» mais bien m’investir puisque je venais d’être nommé directeur d’un théâtre à Paris dans des circonstances totalement imprévisibles et sans l’avoir cherché.

Du jour au lendemain, je suis donc littéralement projeté, propulsé, balancé dans un autre univers incroyablement foisonnant, enthousiaste et créatif.

Et, en son coeur, l’émotion vers laquelle tout converge. L’émotion que procurent la richesse d’un texte, le talent de l’acteur, l’inventivité du décor, les jeux de lumière, le rythme d’une  musique… Cela procure  un ensemble de sensations qui vous envahit doucement, vous bouleverse et vous emporte dans un monde imaginaire où, selon les désirs de l’auteur et du metteur en scène, vous allez pleurer ou rire à moins que cela ne soit les deux en même temps.

Ainsi l’émotion, sous toutes ses formes, était présente partout, à tout moment, dans ce lieu extraordinairement vivant d’autant que la programmation  était plurielle avec chaque soir plusieurs spectacles dans les trois salles que comptait le théâtre. Tout se déroulait donc à l’exact opposé de mon métier que, par ailleurs, je continuais à exercer. Et ce passage presque quotidien, pendant des années, de la raison dite «scientifique» à l’émotion théâtrale et littéraire, je l‘ai vécu avec un plaisir chaque fois renouvelé comme si cela me permettait de mieux sentir la richesse de la vie dans toutes ses dimensions.

Pour autant, fréquenter même assidument l’univers des artistes ne fait pas de vous un des leurs… Après cinq années de cette «double vie», je suis retourné à mes chères études que je n’ai plus jamais abordées comme avant grâce à cette magnifique plongée dans le monde du spectacle vivant.

Rossella Paolicchi
Teatro, Tecnica mista acquarello inchiostro collage (29,7×42), Mai 2020
© rossella Paolicchi

Rossella Paolicchi
Teatro 2, Tecnica mista acquarello inchiostro collage (29,7×42),
Mai 2020
© rossella Paolicchi